Partenaires


0 | 13

Accueil > Pezhiou c’hoari / Spectacles > Ar Basion Vras

Présentation

« O welet maro ha poaniet garo

Hor mestr gwirion

E tle pephini gouelañ a-zevriñ

M’en deus kalon

Rak dre vadelezh ha dre drugarez

Da zeiz ar groaz

Hep ober nep droug na freuz, war e choug

Hon droug a zougas. »

JPEG - 118.1 ko

E 1991 eo bet savet Ar Basion Vras gant strollad Ar Vro Bagan, c’hoariva ha sonerezh kemmesket enni. Gant misterioù ar grenn-Amzer, c’hoariva poblek Breizh hag ar c’halvarioù eo bet levezonet ar pezh-c’hoari. Eno e kaver roud eus poanioù kriz ha maro Jesus Krist.

JPEG - 139.4 ko

Emgann Jezus a zo echu,

Trec’het en deus war ar pec’hed du.

Trec’het en deus war ar maro.

Disul vintin e tasorc’ho.

Video

La Passion Celtique

Par pitié pour la Passion de notre bon Roi

Chacun doit pleurer de tout son cœur

Si superbe qu’il soit

Car dans sa clémence pour notre salut

Le Vendredi de la Croix

Sans avoir fait aucun mal, ni causé

Aucun trouble, sur ses épaules, il porta nos maux.

La Passion Celtique, créée par la compagnie AR VRO BAGAN, en 1991, est un spectacle théâtral et musical qui raconte la passion et la mort du Christ. Elle s’inspire des mystères médiévaux, des versions populaires de la passion et des calvaires bretons qui ont conservé dans la pierre les images du Grand Mystère de Jésus Christ.

JPEG - 167.4 ko

Une composition chorale et musicale / Ar sonerezh, ar c’han : de Christian Desbordes :

Christian Desbordes renoue avec la grande tradition des Passions dont il a voulu garder l’esprit.

Chœurs, musiciens et solistes ont un rôle actif dans le spectacle devenant tour à tour foule et musiciens conduisant Jésus dans sa marche au calvaire, hœurs de femmes, d’enfants, de diables participant directement au drame qui se déroule sur scène.

Les scènes de la Passion – Taolennoù ar Basion :

L’entrée à Jérusalem – Le lavement des
pieds – Le marché de Judas – Les requêtes de Marie – La Cène – Le Mont des Oliviers –
L’arrestation de Jésus – Jésus devant les grands prêtres – Jésus condamné par Pilate – La
montée au calvaire – Marie au pied de la croix – La descente de croix

Le combat de Jésus est terminé.

Il a vaincu le péché.

Il a vaincu la mort.

Dimanche matin il ressuscitera.


Passion des jongleurs des temps médiévaux.

Passion des calvaires de la Bretagne ancienne.

N’aurait-ce été que cortèges quasi liturgiques, mouvements endiablés, musiques cuivrées, chœurs
fervents, cris aigus dans les deux langues, polychromie retrouvée des sombres kersantons ponctués d’immobilité sculpturale, hiératique et silencieuse, on était déjà comblé.

Il y avait plus. Une longue lame déferlante, bruissante des langages des mondes, païen et chrétien, inondant d’embruns salutaires les visages et mêlée par instant au sel des larmes retenues.

Y.P. Castel

Images & documents

info portfolio

titre documents joints

Personnel

  • Année de création

    • 1991
  • Auteurs

    • Goulc’han Kervella
  • Langue

  • Type de spectacle

    • À la une
    • Son & lumière
  • Metteur en scène

    • Goulc’han Kervella
  • Ar c’hoarierien / Acteurs

  • Gouleier ha kinkladur / Lumières et décors

  • Dilhad / Costumes et marionnettes

  • Skritell / Affiche

  • Sekretouriezh /Secrétariat

  • Musiques et chants

  • Son / Bruitages et son

  • Vidéos

  • Régie technique

  • Leurenniñ an dansoù / Chorégraphie

  • Poltrejoù / Photographies

  • Genre

  • Partenaires

Techniques

Spectacle :

Durée du spectacle :

Acteurs :

Techniciens :

Montage :

Démontage :

Besoins en main d'œuvre :

Scène

Ouverture minimum :

Mur à mur :

Profondeur minimum :

Obscurité totale de la salle :

Lumière

Son